Il était une fois ... le Corobin.

Publié le par Nord Rallyes Images

    Le col de Corobin ...  Ce serpentin de bitume à travers la montagne des Alpes de Haute Provence semble avoir été tracé pour la pratique de notre sport favori et cette ES fait partie des spéciales mythiques du rallye de Monte-Carlo. D'ailleurs, c'était l' une des préférée de François Delecour qui doit toujours en détenir le record avec la Ford Escort Cosworth, si ma mémoire est bonne !
    Personnellement, j' ai fait connaissance avec ce chrono lors du rallye Grasse-Alpin 1995, comptant alors pour le championnat de France et d' Europe de la spécialité. Nous parcourions ce secteur dans le sens inverse de celui présenté sur la carte. C'est à dire que le départ se situait juste sur le bord de la route Napoléon, à la sortie du hameau de Chaudon-Norante, à quelques encablures de chez " Patou " Magaud. Trés étroite, la route s' élève tout de suite et aprés un premier Pif-Paf bosselé, on rentre dans le vif du sujet sur une première épingle gauche. La montée jusqu' au col est trés rythmée, même si elle reste toujours trés étroite. Des passages à flanc de montagne succédent à des portions roulantes au milieu des prairies... On rencontre même quelques faux plats descendant. Mais plus on approche du sommet, plus la pieraille sort des cordes, et la vigilance dans l' habitacle doit redoubler. Et puis au sortir de ce trés long droite, la montagne s' efface, et on ne voit plus que le ciel à perte de vue ... Attention, le droite se referme sur une bosse toujours remplie de terre; nous sommes à 1230 mètres au sommet du Corobin, ce fameux col où la neige s' attarde tard en saison. D' ailleurs le passage en course du col est toujours trés délicat car trés sale et piégeux.
    Et puis tout de suite, la descente nous rappelle à l' ordre: le maitre mot est: Concentration ! Les premiers freinages sont violents, et en plus la route est hyper bosselée. Une succession d' épingles trés raides va calmer un peu les ardeurs de ce début de descente. la dénivelation va ensuite s' adoucir, et la vitesse augmenter. Au fur et à mesure que l' on continue de descendre, on retrouve de la verdure le long de la spéciale, et les murets qui entourent les épingles sont couverts d' encouragements peints à la gloire des héros du Monte-Carlo d' antan... Les freins commencent à agoniser, il est temps de voir la fin des ces 19 Km d' enfer et de plaisir ... Un dernier enchainement D/G/D (pas à fond) bosselé le long du muret de pierre, et la ligne d' arrivée est enfin là !
    Le point stop est aux portes de Digne les Bains, devant les thermes. C'est notre deuxième passage dans ce chrono, et il fait nuit noire. Avec Jimmy, on se regarde et on cherche les temps des autres concurrents du volant 106 partis devant nous... Il se passe quelques secondes, et de nouveau, on s' échange un regard qui en dit long ! Lionel Montagne vient de nous coller une minute pleine dans le Corobin !

Publié dans Il était une fois ...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

olive 09/02/2007 20:59

çà donne envie de s'y élancer !!!
Une minute par Lionel ????
çà devait déjà voler avec jimmy donc je n'imagine pas avec lionel (quelqu'un d'énorme que j'ai cotoyé pendant un an avec qui j'ai adoré travaillé)
Merci de nous avoir faire réver NRI (nous on va s'appréter à gravir les monts des Flandres dans deux semaines !!!)

Karine 29/01/2007 22:06

Je suis très étonnée.