Quel visage pour le championnat de France asphalte ?

Publié le par Nord Rallyes Images

    Un championnat pauvre ?
   
Qu'en est il réellement de la valeur de notre championnat national ? On entend ça et là, bon nombre de nostalgiques qui essaient de se remémorer les grandes heures du championnat de France, quand quatre pilotes pouvaient gagner au départ de chaque manche. L'époque de la guerre des constructeurs entre les Mégane Maxi et les 306 Kit-Car ! Oui mais voila; tout évolue, et je ne suis pas certain que la qualité du championnat de France ait réellement souffert. Oui, les programmes des constructeurs nationaux ont plus ou moins déserté les routes françaises, mais c'est pour mieux défendre nos couleurs au niveau mondial, et si les 2L Kit-Car ont disparues, on retrouve quand même des programmes super 1600 en France... Le niveau de nos pilotes est également trés envié par les pays voisins du notre. Il suffit de jeter un coup d' oeil sur les divers championnats nationaux ailleurs en Europe pour se rendre compte que tout compte fait, ce qui se passe chez nous a quand même une certaine "gueule" ! Et puis, l' héxagone a la particularité et la chance d'avoir huit épreuves magnifiques qui ont toutes leur spécificité propre. Et encore, bien d'autres rallyes français pourraient eux aussi prétendre intégrer le calendrier du championnat de france.

    Formules de promotion et "Trophée Michelin"...
   
Là encore, les trois constructeurs français répondent présent depuis de nombreuses années. Reconnues au delà de nos frontières puisque quelques pilotes étrangers viennent s' y essayer chaque année, les formules de promotion contribuent grandement à la qualité du championnat et sont la meilleure vitrine du rallye français... Quand on regarde les noms des différents vainqueurs, on s' aperçoit que bon nombre d'entre eux ont connu des carrières plutôt sympas, et se sont vu proposer des contrats interessants. Pour preuve, les trois derniers lauréats 2005. Julien Pressac (vainqueur challenge C2) roule en championnat du monde junior, Philippe Aragneau (vainqueur volant 206) est pilote officiel Peugeot-Sport avec la 206 S1600 en championnat de France, et Arnaud Augoyard (vainqueur Clio Cup) est pilote officiel renault-Sport avec la Clio S1600. Les équipes de France FFSA ont aussi beaucoup contribué à lancer nos meilleurs représentants à l' échellon supérieur. Ce n' est pas par hasard que des pilotes comme Loeb, Bengué, Bernardi, Vouilloz, Tirabassi etc... ont eu leur chance en championnat du monde. Et puis, Depuis deux ans, le "Trophée Michelin" a fait son apparition. Véritable rampe de lancement pour que les pilotes amateurs accédent au championnat. On compte à peu prés une trentaine d' engagés sur chaque manche. Avec des primes conséquentes, et des dotations en pneus, ce trophée a redonné une bouffée d' oxygène au championnat de France, en gonflant les plateaux, avec des autos trés disparates et qui régalent le public.

Le "Trophée Michelin" permet depuis 2004 à de nombreux amateurs de s'aligner sur le championnat de France des rallyes...

Publié dans Championnat de France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

titi_62 21/07/2006 21:07

C'est vrai que le duel Vouilloz/Henry n'est pas très serrée mais le championnat reste très intéressant quand on regarde derrière avec le trophée michelin où l'on a des voitures un peu plus originales et surtout des pilotes spectaculaires. Cette année on a l'occasion de voir une porsche GT3 et une aston martin suite à l'assouplissement de groupe GT. Certaines mauvaises langues disent que les formules de promotion ne sont pas intéressantes car toutes les voitures sont identiques mais heuresement les pilotes qui y participent ne lachent rien et font eux aussi le spectacle.En clair, chaque manche du championnat de France est attrayante et le championnat n'est pas pauvre, bien au contraire...Il ne faut pas seulement regarder le nombre de prétendants à la victoire finale.