Premières escapades sur le continent sud-américain.

Publié le par Nord Rallyes Images

 
   Annoncée il y a déjà quelques temps, cette nouvelle rubrique: " Parole de copilote " voit enfin le jour ! Le copilote est celui qui parle le plus sur un rallye tout en étant celui dont on parle le moins. Le blog Nord Rallyes Images décide donc de leur laisser la parole. Et pour l' inauguration, ce n' est ni plus ni moins que Julien Ingrassia, la doublure de Sébastien Ogier en JWRC, membre de l' équipe de France FFSA qui nous fait l' honneur de revenir sur sa fabuleuse épopée mexicaine. Un immense merci à lui d' avoir pris le temps de nous faire partager son expérience malgré un emploi du temps surchargé. D'autres copilotes  suivront en attendant de retrouver Julien tout au long de ses pérégrinations mondiales. Flash back sur ce premier rendez-vous de la saison junior avant la Jordanie à la fin du mois.


Premières escapades sur le Continent Sud Américain

Comme promis à l'ami Gaétan il y a quelques temps, je saisis la chance qu'il m'est offerte de vous raconter notre aventure en Junior WRC cette année. Non seulement pour vous faire partager ces moments fabuleux qu'il nous est donné de vivre, mais aussi pour recevoir vos impressions, vos anecdotes, ou vos astuces !

Ce sera aussi l'occasion d'aborder notre job de copilote sous un autre angle...Évidemment je prêche pour ma paroisse, mais notre « métier de l'ombre » mérite d'être mis à la lumière, ne serait-ce que pour peut-être créer des vocations ?!

Mexico Rallye.

Je vous l'accorde, c'est un peu du réchauffé. La presse et les médias de manière générale ont - à notre grande surprise - largement couverts l'événement, et je n'aurai pas grand-chose à vous apprendre !
...En l'occurrence c'est plutôt Seb et moi qui avons tiré de nombreux enseignements de cette manche mexicaine.
Pour vous remettre dans le contexte, cette épreuve se présentait pour moi comme ceci, nous allions courir :
« à l'autre bout du monde, où on ne parle pas leur langue, où 80% des routes du pays sont en terre, où chaque journée de course est équivalente à une manche de championnat de France Terre (en kilométrage), où les règlements sont bien différents ...et où t'arrives même pas à savoir ce que tu commandes sur la carte du resto' ! »...
Après ça, et bien on relativise vite, car au-delà de ces appréhensions bien légitimes je pense, le reste ce n'est que du bonheur, et on se dit que, une fois le casque sur la tête, au départ des spéciales, on se retrouve dans son élément !

Pour cette épreuve du feu, les conditions de course pure n'étaient pas défavorables : spéciales larges et roulantes, peu cassantes, avec une altitude moyenne de 2400m (le moteur perd alors environ 25% de puissance), une météo au beau fixe...de ce côté-là pas d'inquiétude.

La première journée de course s'est vraiment déroulée au-delà de nos espérances : nous ne savions pas le moins du monde quelle serait notre place au milieu des Juniors, même si potentiellement nous nous sentions capables d'être sur le podium. De mon côté c'était les premières notes que j'envoyais depuis le 20 octobre 2007, les premiers pointages aussi, et la remise en jambe ne fut pas facile sur ce dernier point puisque je nous fais prendre une pénalité stupide de 20s. Lors d'un changement de roues entre deux spéciales (avec 2 roues de secours dans le coffre, nous avons interverti chaque essieu), j'ai mal estimé le ratio temps/distance restant, et la sanction a été immédiate, heureusement sans préjudice pour la suite de la course.
Concentration à 100% pendant 3 jours, chaque instant, du premier au dernier pointage, pas d'erreur : elle se paye cash et sans possibilité de retour en arrière...c'est l'aspect passionnant du co-pilotage, mais c'est aussi le côté tranchant de la lame !

première course et première victoire en JWRC sur la terre mexicaine.

 

Les méthodes de travail doivent être affinées en Championnat du Monde : systématiquement lors des Recce (les recos) prendre les temps de liaison entre deux CH, repérer les lieux adéquats pour les changements de roues, valider le road-book au maximum (les erreurs sur les cartes sont légions !)...c'est passionnant et exigeant.

Évidemment je ne pourrai pas vous retranscrire ici la joie de reprendre les notes après 900km de piste en terre, à la fin de chaque journée de reconnaissance...c'est tout de suite moins passionnant !
Quoique : pour le coup j'avais intégré quelques éléments nouveaux sur mes notes, comme par exemple placer un signe distinctif et visuel en haut de chaque page. La présence de cette bande hachurée me signalant si oui ou non nous devons changer la roue en cas de crevaison : après une évaluation de la perte de temps due à celle-ci, et en considérant le temps nécessaire au changement de roue ainsi que la longueur de la spéciale, on arrive à savoir instantanément s'il faut aller jusqu'au bout ou bien s'arrêter.

La C2 Super1600 est un outil fabuleux, un châssis d'anthologie et des suspensions dont on peine à voir les limites : habitué à notre 206 Volant, je me contractai à chaque réception de jump ou à chaque gué en béton...pour rien : l'impression d'être sur un coussin d'air !

Quant aux « à côtés » vous avez sûrement vu des images des cérémonies de départ et d'arrivée, il n'y avait pas de trucages : une ambiance de folie, des confettis pour chaque concurrent, un esprit fair-play et la sensation de vivre une immense fête collective...ça reste aussi un superbe souvenir. Côté « bouffe », j'ai laissé le soin à Seb de goûter un plat « picanto »...et ben il l'a pas fini !!!

Seb et Julien entourés d' afficionados argentins.

Recos d'Argentine.

Notre bon résultat du Mexique ne nous a pas laissé oublier qu'il n'est que la première des six manches en Junior, et que nous ne compterons les points qu'au Tour de Corse, et dans cette optique nous nous sommes remis rapidement au travail en anticipant il est vrai sur l'année 2009, mais surtout en ayant la volonté de continuer à acquérir de l'expérience.

Neuf jours avant le rallye d'Argentine nous avons décidé d'aller y faire les « Recce ». L'organisation du voyage n'a pas été une mince affaire : selon les compagnies aériennes le billet coûtait du simple au double...et sur le billet le moins cher il n'était pas précisé que notre retour en France se ferait avec 2 jours de retard...no comment - cela nous a permis de visiter Buenos-Aires !

À part cette petite anecdote fâcheuse, le reste du séjour a été un moment mémorable : un pays d'une verdure incroyable (il y pleut en moyenne trois fois plus qu'à Paris), une faune et une flore fantastiques (allez faire un tour sur notre site, chronique de ce mois-ci) et surtout des spéciales plus techniques qu'au Mexique.
Moins larges, beaucoup plus variées entre elles, plus cassantes : ça a été un bon exercice de prendre les notes « là-dedans » !


Recos filmées, trois cahiers remplis, nous avons pu ensuite profiter de la course en première loge, que ce soit à l'assistance en étant au sein de la structure Citroën, ou bien en spéciale, puisque nous avions la tâche de relever la météo et les splits pour le team.

Ce dernier exercice, que nous faisons « tous » lorsque nous allons en spectateur à un rallye, revêt un aspect particulier en mondial puisque nous sommes soumis à... « la règle du kilomètre ».
La FIA a décrété qu'aucun membre du team, n'avait le droit de se trouver dans un rayon de moins d'un kilomètre autour de la voiture de course (excepté en parc d'assistance et sur la spéciale elle-même).
Ce qui veut dire que ça demande une réflexion supplémentaire afin d'établir un itinéraire où vous ne « croiserez » pas Loeb ou Sordo. Et quand je dis « vous », c'est ni vous, ni la voiture dans laquelle vous vous déplacez...ça peut donc rapidement devenir un casse-tête entre l'endroit où l'on doit garer notre auto et le moment où il ne faut surtout pas être à moins d'un kilomètre sur le routier de la voiture de course.

La mythique épreuve spéciale " El Condor "

Nous envisageons d'effectuer d'autres reconnaissances, toujours en prévision du calendrier de l'année prochaine...mais d'ici là, la prochaine échéance nous emmène en Jordanie, sur des pistes compactes et brûlées par le soleil, avec notamment au programme une spéciale « parcours de santé » de 42km...à faire 2 fois le dernier jour de course !

A bientôt !        

                    Roulio.

Retrouvez toutes les infos de Seb et Julien sur www.sebastien-ogier.com



Publié dans Parole de copilote.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sandra 18/04/2008 14:31

Hey un ptit résume de "Roulio" !!! Vraiment génial de voir ce qu'ils vivent pendant ces rallyes...Merci de nous faire vivre tout cela...Seb et Ju' une équipe de champions !!! Je suis fannn et je le resterait !! =) MERCI DE NOUS FAIRE REVER !!!

olive 14/04/2008 20:31

Moi j'suis fan, à 200% derrière cet équipage !!!D'une part parce que comme seb, je suis issus de la grande famille Rallye Jeunes R.Claustres et de deux car c'est un équipage Français qui va tout fracasser sur son passage en mondial.J'y crois fort, ces deux là vont nous faire réver

Vincent G 14/04/2008 12:56

Merci Julien et Gaetan pour cette rubrique et l'initiative de nous faire partager cette aventure mondiale.Vivement la suite

Julien 13/04/2008 12:00

Comme tous les commentaires précédents, j'ai beaucoup apprécié cet article...Pfiouuu cela fait rêver! :-)

Julien l Ergo 11/04/2008 19:37

Bravo pour ce bel article ! C'est vraiment sympa de nous faire partager tous ces  bons moments. On se rend compte du dépaysement total que vous avez subi pour cette première course en JWRC et de l'adaptation dont vous avez fait preuve tous les deux. Votre perf apparaît encore plus impressionnante.